Le premier meeting du MPP à Bobo : un grand succès populaire

Publié le par BURKINAENLIGNE

ob_d4192d_000-par7766200-0.jpg

 

Forte mobilisation des populations de Bobo Dioulasso, la deuxième ville du pays ce samedi à l’occasion du premier meeting du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti des démissionnaires du parti au pouvoir au Burkina Faso. Les démissionnaires du Congrès pour la démocratie et le progrès entament une série de rencontres à travers tout le pays pour porter leur message après la création de leur parti le 25 janvier dernier.

Des affiches et des banderoles avec des messages autour d’un seul sujet : l’alternance. Des t-shirts aux couleurs et à l’effigie du Mouvement du Peuple pour le Progrès, ce premier meeting à Bobo Dioulasso avait les allures d’une campagne électorale. « Avec le peuple pour l’alternance et le progrès », « MPP, victoire », pouvait-on lire sur les affiches.

Successivement les représentants des personnes âgées, des femmes et des jeunes se sont attaqués aux partisans de la modification de l’article 37 de la Constitution et de la mise en place du Sénat, afin de permettre un autre mandat du président Blaise Compaoré après 2015.

Au Mouvement du peuple pour le progrès, le ton monte et le discours devient de plus en plus musclé face aux velléités de modification de la Constitution. « Même si l’on doit passer sur nos corps, nous allons empêcher la modification de l’article 37 », a insisté Salif Diallo, premier vice-président du parti. « La seule transition apaisée qu’il peut y avoir, c’est le respect de la Constitution, après 2015, il n'y aura pas de transition, mais le changement au Burkina Faso », a-t-il martelé face aux militants.

Pour Roch March Christian Kaboré, le président du Mouvement du peuple pour le progrès, leurs adversaires veulent passer par la force pour modifier la Constitution, mais ils n’ont pas le monopole de la force.

Le choix de la ville de Bobo Dioulasso pour leur première sortie sur le terrain après la création du parti revêt tout son sens. C’est dans cette même ville que le président Blaise Compaoré a tenu sa première campagne électorale en 1991.

Source : RFI

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article